Le cri

Publié le par Chiffonnette

graff.jpg















Attention, il semblerait que j'en dise un peu trop!! Pas de spoilers, mais voilà!!




Une barrière de péage sur une autoroute désertée. Un homme qui attend, qui regarde passer le temps et des véhicules chaque jours moins nombreux. L'humanité est décimée par un cri de plus en plus intense qui déchire l'atmosphère et auquel seuls quelques individus échappent. Etrangement, il retentit depuis que Le cri de Munch a été volé. Est-ce la cause de ce vol? Est-ce plus simplement la fin du monde?

C'est un roman qui me laisse perplexe. Je me suis laissée prendre au départ par ce personnage de péagiste et son quotidien, par ses réflexions sur la vie, le monde. Par le gendarme Daniel qui troque son uniforme contre les paillettes et sa voiture de fonction contre une cadillac blanche. Par Carlo et sa collection de panneaux indicateurs. Par Joras et les deux hommes de sa vie dans le coma. La narration est fluide, agréable. Le récit intriguant. 
J'ai beaucoup aimé l'utilisation faite du Cri de Munch, une toile qui m'a fascinée depuis que j'en ai vu une des versions au musée Munch. Ce qu'en dit le narrateur est très juste. L'intensité du cri, la souffrance et la folie qui se révèlent, l'isolement du personnage.
Puis petit à petit, ce n'est pas l'ennui qui s'installe, le roman étant court, mais une certaine lassitude. Un peu comme celle du narrateur qui ne sait plus trop où il va, si tant est qu'il l'ait jamais su. On ne voit pas où l'auteur nous mène, et le dernier chapitre se termine sur une chute qui fait comprendre que tout ce qui précédait n'était que métaphore, ou du moins le rêve d'un homme luttant pour échapper à l'horreur de la réalité. J'ai eu le net sentiment que cette fin venait comme un cheveu sur la soupe, achevant de faire sombrer le récit. Laurent Graff parle de choses dures, lourdes, mais d'une manière qui ne m'a pas du tout touchée. J'ai besoin d'un peu plus de clarté.


Stéphanie (qui m'a gentiment prêté son exemplaire) a aimé, Florinette en fait une analyse intéressante.


Laurent Graff, Le cri, J'ai lu, 2007, 125 p.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cathulu 20/09/2007 07:39

Il  est dans mon sac,je compte le commencer aujourd'hui, on verra.

Chiffonnette 20/09/2007 08:30

J'attends ton avis avec impatience!!

Florinette 19/09/2007 11:50

La fin m'a pas mal interpellée, mais malgré tout j'ai été séduite par le style de l'auteur et tenterais bien de nouveau l'expérience avec son dernier roman !!

Chiffonnette 19/09/2007 21:15

Je n'ai pas été dégoutée! Avant d'affirmer que je n'aime pas, je vais en lire au moins un autre! Et comme les avis semblent bon sur son dernier, je vais peut-être me laisser faire!!

Stephanie 18/09/2007 00:43

J'ai aimé surtout la fin de mon côté :)Par contre, si je peux me permettre, je préviendrais le lecteur de ta critique s'il n'a pas lu le livre - tu en dis peut-être un tout petit peu trop.De mon côté, c'est justement la surprise de cette fin, qui m'a autant plue.

Chiffonnette 18/09/2007 20:58

Oups! Très bonne remarque! Je vais mettre un panneau!! C'est ce que m'a dit aussi Tamara, qu'elle avait aimé la fin! Personnellement, je l'ai trouvé un peu trop brutale dans le passage de l'onirique au réel.

Tamara 17/09/2007 15:31

Ah tiens, moi j'ai beaucoup aimé, y compris la fin ! Comme quoi...

Chiffonnette 17/09/2007 20:43

Et oui, des goûts et des couleurs en littérature!! Mais c'est ça qui est enrichissant!