Neige

Publié le par Chiffonnette

neige.jpg
 
Yuko Akita se dévoue à la poésie, au grand désespoir de son père. Au haïku et à la neige, qui un jour a possédé son âme. Pour parfaire la maîtrise de son art, il se rend un jour dans le sud, auprès du grand maître Soseki. Entre les deux hommes se noue une relation faite de silence, de respect, et de l’image d’une femme disparue dans les neiges.
 
Voilà une histoire d’amour, de pureté, de découverte qui m’a beaucoup touchée. Dans une langue concise, ciselée, Maxence Fermine décrit le passage à l’âge adulte d’un jeune homme possédé par son art, par la beauté du monde qui l’entoure. Plein de l’arrogance de l’artiste et de l’adolescent, Yuko finit par accepter la confrontation à une autre manière de voir le monde, de le transcrire. Il en sortira profondément changé et capable, enfin, d’aimer l’autre dans sa différence et d’affirmer son choix d’une voie qui n’était pas celle embrassée traditionnellement par les hommes de sa famille. Son évolution, il la doit à un homme exceptionnel, un maître dont l’histoire occupe un tiers du roman. Un homme qui a connu le combat, la mort, l’amour fou et la souffrance de la perte. Et qui, dans cette souffrance, a fait naître son talent de poète.
Neige est une ode au haïku, à la poésie. Elle est un moyen de réveiller l’âme, de voyager, de prendre conscience des merveilles du monde :
« Un matin on se réveille. Il est temps de se retirer du monde pour mieux s’en étonner. Un matin, on prend le temps de se regarder vivre." 
C’est aussi une réflexion sur l’art et la vocation d’artiste. Le poète est un funambule qui parvient à trouver l’équilibre de la beauté : « En vérité, le poète, le vrai poète, possède l’art du funambule. Ecrire, c’est avancer mot à mot sur un fil de beauté. »
Alors bien sûr ce texte n’est pas exempt de petits défauts qui gâchent un peu le plaisir de la lecture : le choix de la femme aimée, la langue parfois un brin trop travaillée.
Mais c’est tellement beau et fort que l’on peut passer sans mal au-dessus de cela pour savourer les phrases de Maxence Fermine :
 
« Il y a deux sortes de gens.
Il y a ceux qui vivent, jouent et meurent.
Et il y a ceux qui ne font jamais rien d’autre que de se tenir en équilibre sur l’arête de la vie.
Il y a les acteurs.
Et il y a les funambules."
 
 
 L'avis de Gambadou, celui de Cathulu.

Maxence Fermine, Neige, Arléa, 1999

Commenter cet article

BenoitD 13/02/2008 16:19

Bonjour Chiffonette,1 heure pour lire ce roman et toute une vie pour le digérer.Voilà ce que j'en pense après la lecture de ce coup de coeur 2008.Plus d'infos sur mon blog...Bravo pour le tien et courage pour vider ta PAL ;-)BenoitD, un autre LCA

Chiffonnette 14/02/2008 07:55

Bonjour Benoit le LCA!! Alors toi aussi tu es touché par ce syndrome!!! Dur n'est-ce pas? J'ai vraiment beaucoup aimé la poesie de Neige, et le style de l'auteur. Une belle découverte! Je vais aller voir ce que tu en dis!

Anne 23/12/2007 10:38

Je l'avais lu l'année de sa sortie dans le cadre du Prix Inter CE. C'est lui qui avait couronné à ma grande satisfaction. Mais la rencontre avec l'auteur qui a eu lieu pour l'occasion m'a déçue. Il s'est montré prétentieux, hautain. Nullement à l'image que l'on pouvait imaginer après avoir lu un tel texte.

cathulu 23/12/2007 06:47

Un livre  d'actualité ! :)

Chiffonnette 23/12/2007 10:19

@ Karine: tu verras, c'est absolument magnifique!@ Florinette: idem!@ Cathulu: pile dans la saison!

Florinette 22/12/2007 14:51

Très envie de savourer ce livre, j'en prends note !!

Karine 22/12/2007 14:30

Tu as définitivement réussi à me tenter!!  Une réflexion sur l'âme d'artiste ne peut que me tenter!!!!  Je note!