De batailles en ruptures ou l'ironie romantique

Publié le par Chiffonnette

207041138901.jpg

 
 
Un triplé. Club des théières, challenge ABC, et challenge Fashion’s Klassik. Et surtout, surtout, un livre qui trainait sur ma PAL depuis les temps anciens (si, si) des classes prépas. Couvert, souvent lorgné du coin de l’œil et sagement ignoré. Du moins dans ma peur des classiques et dans le souvenir de l’ennui profond provoqué par certains d’entre eux.
 
Rien de tout cela dans La chartreuse de Parme.
 
Résumé : Fabrice del Dongo est jeune, beau, fougueux, inconscient. D’aventures en aventures, il va découvrir le danger, la colère, la haine, et surtout, l’amour. Un amour qui va être tout son destin et le pousser aux plus grandes folies.
 
Un résumé bien pauvre et plat pour un roman profondément allègre, joyeux, drôle et profond. Oui, je me sais d’entrée dithyrambique, mais après des débuts un peu difficiles, j’ai été happée par ce récit. Pour un peu j’aurais regretté qu’il ne dure pas plus ! J’en ai lu la postface !
Stendhal entremêle intrigues, personnages, rebondissements avec un bonheur communicatif. Guerre, révolutions, conflits familiaux, mariages, complots, fuites éperdues et retours clandestins émaillent l’histoire de Fabrice.
Dans une Parme pour le moins imaginaire, et dans un temps non (plus ou) moins imaginaire il situe des personnages attachants. Fabrice l’innocent un peu benêt devenant homme. La duchesse Sanseverina, l’intrigante, Clélia la pieuse et l’amoureuse. Le comte Mosca, courtisan accompli, des ministres rusés et dangereux, des princes jaloux de leur pouvoir absolu, des révolutionnaires romantiques, des serviteurs dévoués, etc…
On ne peut s’empêcher de se sentir désespéré par la niaiserie de Fabrice à certains moments, d’avoir envie de lui retourner une paire de claques. On se sent indigné par les manigances et les mesquineries de la duchesse et on la soutient de tout son cœur aussi! Ben oui, se mettre dans des situations pareilles, franchement, si ça n’appelle pas la compassion et un brin de jalousie !  On se sent concerné, parce qu’on aimerait avoir la même aptitude qu’eux au bonheur, à la sensualité, à la vie. Ils souffrent, certes, mais c’est parce qu’ils ressentent aussi des passions, des amours fous, des sentiments exacerbés. Ils vivent. Et ils meurent d’autant plus facilement qu’après de tels sommets et de tels gouffres, la vie doit leur paraître bien fade. Stendhal a beau les mettre sur le compte d’une « nature » italienne, on les envie un petit peu. Un petit peu parce que c’est quand même fort fatiguant toute cette agitation.
Peu de moments de répit donc, et en dessous, une critique des régimes politiques, des révolutions qui ne peuvent laisser indifférent. Et puis un regard ironique et acide… Le regard de Stendahl sur la noblesse, la bourgeoisie, l’Eglise vaut son pesant de cacahuètes. Et puis des histoires d’amour à n’en plus finir, tragiques, délicieuses.
C’est d’autant plus fou que Stendhal a achevé ce petit bijou en sept semaines d’écriture intensive, une écriture d’un seul jet. Et il a écrit avec un bonheur communicatif. Il a écrit avec un talent inouï : lyrisme, poésie, chronique, roman d’initiation, roman de cape et d’épée. Tout y passe. Et en plus c’est glamour, sexe et rock-and-roll. Si, si !
Mes seuls regrets malgré les explications de la postface, un début un peu long à se mettre en place et une fin un peu rapide… Mais peut-être était-ce que je n’avais guère envie de rencontrer Fabrice et la Sanseverina, puis, plus guère envie de les quitter !
 
Fashion, sans qui rien n’aurait été possible (avec en guest, la liste de lecture imposée de mes 18 ans).


Stendhal, La chartreuse de Parme, Folio, 1997, 592 p.

Commenter cet article

fashion victim 15/01/2008 20:54

Ah, ton billet ce n'est que du bonheur!!! Et oui, Stendhal est rock'n roll!! Et, ah, Mosca, j'adore!!!

Chiffonnette 16/01/2008 07:31

C'est vrai qu'il est top le vieux comte! Toujours à éponger les bêtises des deux benets!! Mais quand même, Gina! Quelle femme!

yueyin 15/01/2008 12:19

Ah voilà qui fait chaud au coeur et me conforte mon mon challenge Klassik... j'espère être aussi enthousiaste que toi :-)

Chiffonnette 16/01/2008 07:31

Terrain défriché! C'est vrai qu'ils peuvent être intimidant ces classiques quand même! Je n'en menais pas large au départ!

praline 15/01/2008 11:43

Qui l'eut cru, Stendhal est rock'n roll ?! J'adore ton lyrisme dans ce billet :) Et franchement, Stendhal est trop trop fort (moi j'ai aimé le rouge et le noir aussi et les chroniques italiennes et aussi mais c'est très spécial De l'amour... sans compter ses autobio déguisées). Lisez Stendhal !

Chiffonnette 16/01/2008 07:30

Un jour je relirai Le rouge et le noir et je me pencherai sur ses autres oeuvres!! En tout cas, me voilà réconciliée avec lui!

Stephanie 15/01/2008 06:47

je reviendrai lire ton billet après l'avoir lu, cela ne saurait tarder :)

Chiffonnette 15/01/2008 08:20

Bon courage!

Karine 15/01/2008 00:48

Je vais le lire cetet année pour le Fashion Klassik aussi... contente de voir un avis positif!  Il traîne dans ma biblio depuis un bon 10 ans!!!

Chiffonnette 15/01/2008 08:19

Comme chez moi! Le temps de se bonifier donc! Il faut du temps pour s'y mettre!