Les seigneurs du thé

Publié le par Chiffonnette

9782020873741.jpg

 
 
En 1873, Rudolph Kerkhoven se rend dans les Indes orientales pour se consacrer avec sa famille à la culture du thé. De ses études à son mariage avec Jenny Roosegarde Bisschop, de ses échecs à sa réussite, on suit le parcours d’un homme hors du commun.
 
Hella S. Haasse est loin d’inventer l’histoire de l’homme dont elle parle. Pour ce faire, elle s’est basée sur les archives de sa propre famille. On sait donc dès la préface que tout ce que l’on va lire, bien qu’en partie romancé est vrai. Du coup, ce qu’on lit est d’autant plus passionnant ! On découvre la Hollande De la fin du 19e siècle, le monde colonial à une période charnière, la naissance et le développement de la culture du thé !
Hella S. Haasse sait transcrire les odeurs, les couleurs. On a l’impression de voir les ciels gris de Hollande, la tristesse et la raideur des relations sociales, des ciels encore plus gris quand on arrive enfin aux Indes avec leur luxuriance, la sensualité, la violence aussi. La place que prennent les paysages, véritables personnages est proprement époustouflante.
Ce monde colonial n’est plus naissant, loin de là. Mais on a passé la charnière des grands partages, des conflits et des tensions entre colonisateurs (dans une certaine mesure seulement, je vous l’accorde). Les colonisateurs hollandais en sont à leur deuxième, voire leur troisième génération. Ils se mêlent aux populations indigènes, chinoises dans un brassage qui ne signifie pas mélange. Les hiérarchies sont reproduites, les préjugés tenaces. Si quelques uns tentent de faire le bien des populations locales, on en est à un mélange de paternalisme et de socialisme qui donne de curieux résultats.
Mais cela n’est guère qu’un petit aspect de ce roman. Les relations familiales des Kerkhoven, les relations conjugales de Rudolph et de Jenny sont au cœur du récit. Rudolph est un homme entier, intègre, honnête. Mais ces qualités sont autant de défauts. Incompris d’une grande partie de sa famille, tous ses actes vont être jugés durement quand iol ne cherchait finalement que la reconnaissance de ses mérites. Les jalousies et les haines vont se déchaîner, parties de si petits malentendus et de si idiotes disputes que les conséquences en semblent disproportionnées. Sans le vouloir, par aveuglement et entêtement, Rudolph va provoquer le malheur de ceux qui l’entourent et surtout de sa femme tant aimée, Jenny dont il va briser illusions et rêves. Car le monde des colons est un monde où les femmes sont soumises. Soumises aux décisions de leurs pères et époux, soumises au désir d’hommes qui leurs font de trop nombreux enfants. Le destin de Jenny, usée par des grossesses et des enfants qu’elle ne désirait pas tant et par une vie dans des conditions difficiles et extrêmes qu’elle n’avait pas choisie en est un exemple. Mais sa propre mère, ses sœurs, les sœurs de Rudolph, sa fille Bertha portent autant d’histoires douloureuses.
Dommage que le récit soit un brin lent à démarrer et trop prompt à finir. L’utilisation des archives, si elle permet à Hella S. Haasse d’appuyer son récit et de lui donner des points d’ancrage plombe parfois le propos et hache la narration au point de devenir parfois inconfortable. Entre documents et chapitres romancés, on ne sait parfois plus trop à quelle source se vouer ! J’ai aussi eu un peu l’impression que faute de correspondance, elle finit par s’appuyer sur des photographies qui laissent peu de place aux développements. Et cela au moment où les choses devenaient encore plus intéressantes !
Seul gros bémol au final, la multitude des personnages et la complexité des relations familiales qui auraient nécessité un bel arbre généalogique, histoire de s’y retrouver ! D’autant que tout ce petit monde porte peu ou prou les mêmes prénoms !
 
Bref, globalement une belle lecture même si ce n'est pas un coup de coeur!


Hella S. Haasse, Les seigneurs du thé, Points, 1996, 327 p.

Commenter cet article

Schlabaya 13/08/2010 15:41



Comme tu dis, un arbre généalogique ne serait pas de trop pour se repérer... Sinon, j'ai apprécié aussi ce roman, même si elle en a écrit de meilleurs depuis (enfin, à mon avis).



Flo 24/02/2008 19:45

J'ai assez rapidement abandonné ce livre. Sûrement trop lent à démarrer comme tu l'écris :(

Chiffonnette 25/02/2008 11:19

C'est vrai qu'il a fallu que je m'accroche un peu au départ!

katell 24/02/2008 09:54

Il est dans mon challenge 2008! Donc, je ne fais que survoler l'article ;-)

Chiffonnette 25/02/2008 11:17

Ahhhhh, ce challenge! J'attends ton article sur ce roman alors!!

fashion victim 23/02/2008 10:35

Je suis comme Alice, j'ai trouvé ce roman passionnant! Des goûts et des couleurs... :))

Chiffonnette 25/02/2008 11:20

Yep! Après tout, il y a biend es gens qui n'aiment pas le chocolat noir (non sense)!!! Mais sans avoir adoré, j'ai trouvé le fond intéressant et instructif, ce qui est déjà pas mal!

canthilde 22/02/2008 23:39

La note est évocatrice, le point de vue adopté semble intéressant... Je regarderai si elle a écrit d'autres livres.

Chiffonnette 25/02/2008 11:26

Apparemment un certain nombre. Elle est très connue aux Pays-Bas.