Souffle la bise et le vent de la révolte

Publié le par Chiffonnette




L’hiver frappe à la porte, et cette chère Marie doit vite, vite, préparer la maisonnée aux longs mois de froid et de vent. Pendant qu’elle s’active, son mari lui serine des ordres. Jusqu’au moment où…

 

J’aime ces albums sur le mode de la ritournelle ! Je marche comme un petit, entraînée par le rythme des mots et des images et surprises par une chute que je salue en général d’un éclat de rire ! Vite, vite chère Marie n’a pas fait exception à la règle !

Sur chaque page de l’album, le lecteur va suivre Marie dans toutes ses activités : cueillir les pommes, faire les cornichons, couper les bûchettes, arracher les navets, écosser les petits pois, touiller la mélasse, faire cailler le fromage, battre le beurre, fumer les jambons… Avec cette énumération, vous vous doutez bien que Marie n’est pas une cinquantenaire urbaine ! Non, Marie vit dans une ferme, à une époque que l’on situe à la fin des années cinquante sans doute ! Et comme toute fermière, elle travaille dure. On la suit à l’extérieur de sa maison et dans toutes les pièces de sa maison ! On découvre d’illustrations en illustrations une multitude de jolis détails ! Et on sent le vent, le froid qui arrive, le silence ouaté, troublé par le cri des oies qui migrent et les activités de Marie !

Surtout, on entend cette voix masculine qui ordonne à une Marie de plus en plus échevelée de faire-ci et faire ça ! Et on trouve qu’elle a une patience d’ange cette Marie ! On se demande à quel moment elle va se révolter contre cette petite voix qu’on imagine aisément aigrelette !

Une chose est certaine, la chute est très drôle !

Un bel album qui montre que l’on n’est pas obligé d’obéir toujours et qui permet de réfléchir sur ce qu’est le couple et sur le statut de la femme !

 

N. M. Bodecker, E. Blegvad, Vite, vite, chère Marie!, Autrement jeunesse, 2000.

Commenter cet article