Battement d'aile

Publié le par Chiffonnette

 

 

Quelque part sur la côte de Sardaigne, une maison surplombe la mer. Elle appartient à Madame, dernier rempart au bétonnage touristique. Car Madame refuse de vendre. Et en plus de refuser de vendre, elle est étrange, décalée dans ses robes coupées dans de vieux tissus, férue de magie, solitaire malgré ses amants et ses amis. Elle dérange et bouscule tout le monde sauf la narratrice, adolescente de 14 ans qui va raconter l’étrange histoire de cette femme dans les pages de son journal.

 

Ce n’est un secret pour personne que j’avais beaucoup aimé Mal de pierre. Aussi, c’est avec impatience et un brin d’inquiétude que j’attendais de lire ce second opus de Milena Agus.

Inquiétude en partie justifiée, et impatience de même ! Je m’explique. On retrouve bien dans ces pages le style de Milena Agus, sa manière très sensuelle d’écrire qui donne l’impression d’être soi-même dans le maquis, d’en sentir les odeurs, de sentir la brûlure du soleil et d’entendre les vagues se brisé sur la grève. On y trouve aussi de l’humour, du piquant et des situations drôles et atypiques. Cela, je l’ai apprécié.

J’ai apprécié aussi ces personnages aux marges. Milena Agus a un don pour faire apparaître ces fêlés ordinaires que l’on regarde d’un sale œil parce qu’ils ne font rien comme les autres. Ceux qu’on taxe si vite de fous alors que ce qu’ils expriment est leur souffrance et leur volonté de vivre leur vie comme ils le veulent.

Je ne peux pas en dire autant du récit en lui-même. Bien sûr on s’attache à Madame, à sa souffrance de femme. On s’attache au grand-père, à la narratrice et à sa folle famille, aux autres voisins. On s’attache même un peu aux promoteurs immobiliers. Mais on se perd dans les méandres de la folie de Madame. On se lasse un peu de ses lubies et des ses trouvailles. On se lasse un peu parce qu’on a l’impression de rester en surface tout du long.

Restent la folie douce, la ferrarina, la poésie et un beau portrait de femme.

 

L'avis de Papillon

Milena Agus, Battement d’ailes, Liana Levi, 2008,153 p.

Commenter cet article

sylvie 03/06/2008 16:22

il est dans ma pal et bien placé! comme toi, j'ai quand même hate de le lire, avec un peu d'inquiétude d'être déçue... j'ai beaucoup aimé mal de pierre!

Chiffonnette 03/06/2008 20:48


C'est toujours le problème avec les deuxièmes romans! Mais Battement d'aile se laisse lire!


florinette 29/05/2008 18:31

J'ai déjà son premier qui m'attend bien sagement et après pourquoi pas celui-là... :-))

Emmyne 29/05/2008 14:02

J'avais aussi beaucoup aimé le premier, Milena Agus a vraiment le talent des atmosphère ( et les titres ). Je tenterai le second rien que pour ça...

Moustafette 28/05/2008 21:17

Ce que tu en dis au début est vraiment tentant et cette vieille résistante un peu loufoque a déjà ma sympathie. Mais moi aussi je commencerai par son premier roman que je n'ai tjs pas lu.

Chiffonnette 28/05/2008 21:30


Je pense que c'est une bonne manière de procéder!


katell 28/05/2008 11:29

je compte bien le lire cet été....la médiathèque l'a acheté!!!!

Chiffonnette 28/05/2008 21:27


Parfait sur une terrasse au soleil!!