L'histoire de l'amour

Publié le par Chiffonnette

 

Alma 15 ans qui essaie de sauver sa mère d’un deuil sans fin tout en essayant de composer avec la mort de ce père tant aimé, Léopold le vieil homme qui écrit à ce fils qui ne l’a jamais connu, Bird l’enfant qui se prend pour un Juste, Litvinoff l’écrivain exilé, Bruno l’ami fidèle et les autres. Des enfants, des adolescents, des adultes dans la force de l’âge ou vieillissant qui se croisent, chacun luttant contre ou avec la solitude qui les accompagne, les pertes. Tous unis par un roman L’histoire de l’amour, si peu connu mais qui a changé leurs vies.

 

Après les notes de lecture enthousiasmées d’Emeraude et de Fashion, pouvais-je seulement résister aux sirènes qui m’appelaient vers L’histoire de l’amour ? Je suis certaine que vous m’absoudrez va ! Vous savez trop bien combien il est difficile de ne pas céder à la tentation !

D’autant que l’enthousiasme des deux tentatrices n’était que trop justifié.

 

L’histoire de l’amour est un roman profond, à la fois infiniment désespéré et éclairé par l’espoir et une force de vie intense. C’est aussi un roman sur l’écriture et la force de la littérature. La littérature qui exprime si bien ce que nous sommes incapables de dire et de transmettre : amour, haine, regrets, désespoir. La littérature qui est un moyen de se retrouver, de faire comprendre à ceux qui le peuvent ou le veulent ce qui est et aurait du être. Tous les personnages à leur échelle sont bouleversants. Alma qui essaie de faire face à cette mère perdue dans son deuil et à ce frère qui frôle la folie, qui tente de déchiffrer le message contenu dans ce roman que son père décédé aimait tant qu’il l’avait offert à sa femme et avait prénommé sa première née d’après son héroïne. Léopold surtout, ce vieil exilé qui a tout perdu, amour, enfant, espoir d’une vie « normale » et qui fait tout ce qu’il peut pour ne pas mourir un jour où personne ne l’aurait remarqué, allant jusqu’à poser nu pour être vu.

Ce n’est pas un roman facile : on se perd un peu, on s’interroge sur l’endroit où nous amène l’auteur en nous égarant dans les plis et replis d’une histoire d’autant plus complexe qu’elle se déroule entre Pologne, Chili, Israël et Etats-Unis. Mais finalement, comme le dit Emeraude, nous ne sommes pas plus perdus que ces personnages qui tentent de trouver tout simplement l’amour et qui se perdent dans les méandres de vies qui ne sont jamais celles qui étaient rêvées. Pour finalement retrouver le sens des choses quand les voix des personnages se rejoignent enfin et que les fils de l’intrigue se nouent.

Amour, fidélité, souvenir, oubli sont au centre du roman. Les personnages de Nicole Krauss doivent finalement tous composer avec la Shoah, le souvenir douloureux, l’impossible oubli. Quoi qu’ils cherchent, c’est ce qu’il s’est passé pour eux, individus à partir de cette période qui a été le point de départ.

La musique de ces voix résonne longtemps après que la dernière page de ce roman dense, intelligent, infiniment nostalgique et fort ait été tournée.

 

 

L'avis de Papillon et celui de Clarabel.


Nicole Krauss, L’histoire de l’amour, Folio, 2008, 459 p.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anjelica 01/09/2008 01:15

Je n'ai pas réussi à accrocher aux 1er pages de ce roman et je l'ai refermé ! Je ne dois pas être concue comme la plupart d'entre vous ! 

Chiffonnette 02/09/2008 09:40



Heureusement que nous ne sommes pas toutes conçues de la même manière! Si nous aimions toutes les mêmes choses la vie serait bien moins marrante!! ;-)



yueyin 28/08/2008 09:46

zut je croyais avoir répondu à ta gentlle proposition mais apparemment non, ce serait avec grand plaisir Chiffonnette...

Chiffonnette 28/08/2008 21:39


Il part d'ici la fin de la semaine alors! ;-)


Lucile 25/08/2008 09:52

En voilà un que je n'arrête pas de noter et re-noter! ;-)

Chiffonnette 26/08/2008 09:51


Il va falloir que tu cèdes alors!


stephanie 24/08/2008 12:59

il est dans l'une des piles sur mon bureauheureusement suis en vacances :) (mais en ce moment, suis avec Edward côté lecture!)

Chiffonnette 24/08/2008 21:21


Edward passe avant toute autre chose!!!! Rhhhaaaaa, trop de la chance!!!!! ;)


amanda 24/08/2008 10:22

Il va falloir que je réitère mon essai. Je ne désespère pas de m'y remettre. La première tentative s'est soldée par un échec : le phrasé du premier narrateur me rebutait (les points entre les mots me heurtaient). Mais je veux le lire en entier avant de me prononcer, ts les avis très positifs que je lis me donnent envie d'essayer qd même

Chiffonnette 24/08/2008 21:20



Je vois ce que tu veux dire! J'ai été un peu rebutée par ces points! Mais j'ai finalement été emportée par la narration et les personnages! La beauté de l'histoire m'a fait dépasser tout les
autres aspects! Après, si vraiment le style te déplaît, n'insiste pas!! Je le disait à Pom', c'est valable pour toute nla blogoboule! ;-))