Et tu te soumettras à la loi de ton père

Publié le par Chiffonnette




" La foi, entre les mains d'un homme comme toi, c'est une arme de poing. Une arme blanche. Elle fait infiniment plus de mal que de bien."


Une famille si bien comme il faut, terrorisée par un père fanatique. Les mots d'une enfant, cinglants, vivants, rendus lumineux par la force d'une révolte qui ne peut encore dire son nom mais qui lui permettra, un jour, de dépasser le désamour de son père, la soumission de sa mère, le silence qui pèse sur une maisonnée en suspens.
Marie-Sabine Roger offre un texte d'une force abasourdissante. A travers sa narratrice, elle démonte les rouages d'une destruction systématique de la beauté, de la joie, du bonheur.  Ce père, aigri par ses échecs a basculé de la foi au fanatisme, oubliant ce que signifie la compassion, la charité, l'amour de son prochain. Il cache ses doutes, ses mauvaises pensées, ses failles sous des citations, une austérité, des contraintes, utilisant la seule arme à sa disposition pour exercer son pouvoir sur ceux, plus faibles qui l'entourent, maintenir sa femme enfermée, étouffer ses enfants, détruire encore et encore. Une arme qui ne résiste pas au fait que ses enfants grandissent et échappent peu à peu à son influence. Le récit est celui de la prise de conscience progressive d'une enfant de l'anormalité, de l'injustice de ce qu'elle subit au quotidien. Ce n'est pas la religion, la foi qui est mise en accusation, mais l'utilisation qui en faite, l'intolérance qui la prend pour caution. Si c'est le catholicisme qui est au coeur du récit, ce pourrait aussi bien être les orthodoxies de tout poil, et toute les croyances et idéologies qui font oublier à ceux qui les suivent leur liberté et leur humanité.

Car comme le dit Aristote,  "L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit"

J'ai vibré, presque pleuré, le ventre noué par la force d'un texte intense que j'aimerais entendre lu à voix haute tant il mérite d'être dit, crié.

"Je suis une enfant. Je te crains.
Plus grave: je te crois.
Tout ce que tu me dis est la vérité vraie, si dénuée d'espoir, si souvent déplaisante. Je n'aime pas la vie comme tu la présentes. Tu nous parles douleurs, devoirs et privations. Nous n'avons pas droit au bonheur, acceptons-le s'il nous échoit. Tu ne ris pas. De quoi pourions-nous rire? La vie n'est-elle pas une lutte sans fin? Rendons grâce au Seigneur, cette vallée de larme est notre bien.
Tu ne souris pas davantage. Tu observes, tu juges. Tu absous rarement.
Pour te plaire, que faut-il faire? Il faut se taire et garder profil bas. Prier Dieu. Marcher droit.
Rester grave.
La gaieté est un des travers de l'enfance. Elle se propage et croît comme un chiendent, pour peu qu'on l'encourage. Chez nous, elle est bridée. Tu la juges stérile, frivole. Dangereuse.
Ici, on ne rit pas pour rien. La joie, pour s'épancher, a besoin d'une excuse. Et même dans ce cas, il ne faut surtour pas qu'elle dure trop longtemps, ni qu'elle se manifeste de façon complaisante, trop visible, bruyante. Non, elle se doit de rester mesurée.
Ici, on ne peut être heureux qu'en aparté.

Le plaisir et un trésor secret, un bien-être qui se resquille.
C'est du bonheur de braconnier."

Marie-Sabine Roger, Et tu te soumettras à la loi de ton père, Ed. Thierry Magnier, 2008, 143 p.


L'avis de
Goelen

Commenter cet article

choupynette 12/10/2008 12:30

pfiou... un sacré morceau... et un très bel extrait!

Chiffonnette 12/10/2008 17:14


J'ai eu du mal à choisir, tout le roman est de ce niveau! C'est vrai que du coup il vaut mieux être en forme quand on attaque!


yueyin 11/10/2008 23:31

Ouf ton billet fait fort Chiffonette... un sujet difficile en tous cas !

Chiffonnette 12/10/2008 17:12


Et casse-gueule! C'est une sacrée réussite de réussir à en parler avec finesse! L'auteur y parvient et c'est tant mieux pour ses lecteurs!


Florinette 11/10/2008 13:29

Piouf, quel extrait !! J'en prends vite note, mais pas pour tout de suite !Bon week-end Chiffonnette !

Chiffonnette 12/10/2008 17:08


Bonne fin de week-end Florinette!!


Ys 10/10/2008 23:32

Mais mazette, encore un roman pour ados avec un sujet super plombé... je me vois mal proposer ça aux miennes. C'est certainement un roman fort, comme tu le dis, mais bon, super hard...

Chiffonnette 12/10/2008 14:03


C'est vrai que parfois les romans pour ados sont plombés et plombant!! Ceci dit, celui-ci a le mérite d'être superbement écrit et d'être à la fois accessible pour des ados et des adultes. Mais je
comprends tout à fait ce que tu veux dire! J'aouve que je ne suis pas certaine que je le conseillerai à mon adolescente de Mlle Chiffon tout de suite!


Karine :) 10/10/2008 13:52

Pour avoir vu une copine pratiquement détruite par le fanatisme religieux de sa mère, ça m'intéresse... mais j'ai peur d'en sortir enragée (ce sont des choses qui m'enragent...)  Donc, je mets un peut-être!

Chiffonnette 12/10/2008 17:10


J'ai déjà vu ce genre de phénomène moi aussi et ça me met très en colère! Mais des fois, une piqure de rappel, ça fait du bien!! En tout cas, ça me fait du bien alors je n'hésite pas! Et puis,
c'est vraiment un beau texte!