Novice

Publié le par Chiffonnette




Une enfant de 10 ans, nue, blessée, amnésique, dont la famille a été massacrée. Recueillie par un charpentier, elle retrouve progressivement le fil de son histoire et découvre ses origines. Celle d'une enfant qui ressemble à une humaine mais qui ne l'est pas. Une Ina, une de ceux qui ont donné naissance au mythe des vampires. Lui reste à comprendre pourquoi ceux qui constituaient sa famille sont massacrés les uns après les autres et pourquoi elle est la cible de mystérieux tueurs. Est-ce sa peau noire? Sa capacité à rester éveillée le jour? Ou est-elle la victime d'une guerre de clans?

Octavia E. Butler est une écrivaine noire-américaine, féministe, décédée récemment.

Ce qu'elle offre à ses lecteurs n'est pas une simple histoire de vampire, avec grands êtres blafards qui vont mordre une fois la nuit tombée de malheureux humains. En racontant l'histoire de Shori, la jeune Ina, elle parle de l'altérité et de ce qu'elle provoque. Shori est différente de ceux de son espèce, fruit de manipulations génétiques visant à rendre les enfants Ina plus forts, plus aptes à survivre dans un monde où leur place est de plus en plus tenue. Mais dès que l'on parle de différence, pparaît l'intolérance, le rejet, la haine. Et même les plus sages d'entre les sages ne peuvent faire face à toutes leurs peurs malgré leur sagesse et leurs connaissances.
Une chose est certaine, c'est un roman prenant et intéressant à défaut d'être très original. Intéressant parce que la société que forment les vampires d'Octavia E. Butler est communautariste, presque matriarcale, et la relation de symbiose que les Ina entretiennent avec les humains qui les nourissent est atypique. Ils ne se contentent pas de leur prendre leur sang, voire leur vie. Ils établissent avec leurs symbiotes un équilibre délicat: nourriture et force contre longue vie, plaisir contre plaisir.  Un échange librement consenti même si irrévocable.
Et elle aborde des sujets qui fâchent sans avoir peur de choquer.
Ceci étant, dès les premières pages, Shori malgré son corps d'enfant entame une relation amoureuse avec Whright, son premier symbiote.  J'avoue à titre personnel que cet aspect m'a gênée malgré le fait que les apparences ne sont pas ce qu'elles semblent être.

Une chose est certaine, c'est un roman qui ne laisse pas indifférent malgré une fin un peu convenue. Et comme il semble que ses précédents romans soient absolument extraordinaires, je les lirai avec curiosité et plaisir!

L'avis de
Cuné. Celui d'ActuSF

Octavia E. Butler, Novice, Au diable vauvert, 2008, 463 p.

Commenter cet article

Djemaa Pascal 30/11/2008 12:44

Bonjour, je trouve ton blog sympa! Continue! Pascal, journalistepascaldjemaa.over-blog.fr

Karine :) 15/10/2008 00:37

J'avais noté chez Cuné... et je renote encore en plus foncé!  Ca semble vraiment très, très bien!

yueyin 14/10/2008 23:46

euhhh s'il circule Chiffonnette :-))) j'en serai volontiers... Je crois bien que j'ai déjà lu un roman SF de cette auteure mais le titre m'échappe...

Gambadou 14/10/2008 21:46

Pas pour moi !

hydromiel 13/10/2008 14:02

Je prend.Je veux dire : je note ;-)

Chiffonnette 14/10/2008 09:05


:-)) Comme je disais à Stéphanie, avec un peu de chance, je vais pouvoir le faire circuler!