De l'importance de l'eau chaude

Publié le par Chiffonnette

Aujourd’hui, j’ai pris une douche… Non, je vous rassure, je ne fais pas partie des gens qui considèrent que prendre une douche par mois est le maximum que l’on puisse faire sans mettre sa santé en danger. C’est juste que depuis lundi matin, le chauffe-eau de l’appartement que je partage en colocation était en panne.
Le drame s’est noué lundi matin, alors que j’étreignais encore mentalement mon oreiller. Mon corps, lui, se dirigeait vers le panier d’oranges quand, soudain, mon œil a été attiré par une lueur rouge fort peu habituelle. Le chauffe-eau essayait de me parler. Mais sans colocataire ni mode d’emploi, je me trouvais dans l’incapacité la plus totale de comprendre ce qu’il tentait de me dire. Ce que je lui signifiais en l’éteignant. Grand bien m’en a pris puisque apparemment, le message était l’équivalent de « fatal error » pour un ordinateur. J’avoue avoir la faiblesse de penser que je suis trop jeune pour mourir, et que trépasser victime de l’explosion d’une chaudière est un tantinet couillon.
Depuis, j’ai découvert que le mohair est vraiment une matière sympa, même si elle gratte, et que l’on peut très bien se doucher avec moins de six litre d’eau sans s’ébouillanter (même en grelottant) et à l’aide d’une casserole.
Heureusement, la diabolique machine est revenue à la vie. C’est donc d’un œil amoureux que je contemple la petite flamme bleue qui danse dans la lucarne et que j’entend l’eau qui gargouille dans les tuyaux..

Publié dans Contemplation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lilly 19/02/2007 22:40

Contente que tu aies à nouveau de l'eau chaude. Ca ne doit pas être facile d'être privée de douche en plein hiver...