Brooklyn/Tokyo même combat

Publié le par Chiffonnette

C'est de sa faute si je suis restée silencieuse ces derniers jours! Oui, à lui là, l'affreux! Résumons un brin. Les parents de Dylan, respectivement hippie et artiste, plus blancs que blancs choissisent de s'installer dans les années 70 en plein coeur des quartiers noirs de Brooklyn. Bien évidemment, leur fiston va voir son enfance et son âge adulte fortement influencés par cette décision pas forcément heureuse pour lui. Il va pourtant pousser, vaille que vaille, accompagé de son ami métis Mingus, fils d'une star sur le retour et de paumés divers, blancs ou noirs. J'avais été fortement attirée par les critiques qui avaient été faites de ce roman à sa sortie. Je me suis donc jetée dessus quand, ô bonheur, j'ai enfin mis la main dessus à la bibliothèque.

Je ne peux pas dire que je sois totalement déçue. Je l'ai fini après tout... Mais péniblement, en alternant ennui profond et regain d'intérêt. Les thèmes abordés sont pourtant intéressants: fossé social et culturel, racisme ordinaire des blancs envers les noirs et des noirs envers les blancs, création, drogue. La solitude et le désespoir des personnages au demeurant souvent très beaux marquent tout le roman. Tous se retrouvent sur une voie sans retour, sans espoir. L'étude sociale est plutôt fine. J'ai beaucoup aimé les passages parlant de la culture du graph. Les références musicales sont bluffantes. C'est une histoire très violente, très crue, traversée par de véritables moments de grâce. Mais pas suffisant pour que je sois vraiment accrochée...

Jonathan Lethem, Forteresse de solitude, Ed. de l'Oliver, 2006, 677 p.

Autre lecture, dépaysement complet, violence aussi.  Mais plus larvée. Takashi Aoki et Yuko Tanabe s'aiment. Ils veulent se marier. Mais voilà, dans le Japon de la fin du XXe siècle, l'argent et le pouvoir peuvent tout, et surtout briser les individus. Malgré le trèfle sous le signe duquel se place leur rencontre, ce signe de chance, ils vont avoir à faire face au pire. Sous la douceur et le détachement de l'écriture, c'est l'aliénation de l'individu, la quasi féodalité du monde du travail japonais qui sont décrits. Le piège se referme petit à petit sur les deux personnages principaux qui croient à un libre arbitre qui, de fait, leur échappe. Cela semble énorme au lecteur occidental mais recouvre sans aucun doute une réalité. Moins violent à première vue qu'un Ryu Murakami, mais je n'en suis pas sortie indemne. Et je vais poursuivre ma découverte de cet auteur.

Aki Shimazaki, Mitsuba, Lémac/Actes Sud, 2006, 156 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Florinette 27/04/2007 17:23

"Mitsuba" Je l'ai vu à la biblio et il me tente bien ! ;-)

Chiffonnette 27/04/2007 19:07

Et bien laisse toi tenter! C'est un bouquin sympa, même si l'histoire est assez triste!

Eussé 27/04/2007 10:00

Salut toi... :o)
Mais.... mais... comment fais tu pour lire tous ces livres !!!! Mes bras de troll m'en tombent ! ;o)
Eussé

Chiffonnette 27/04/2007 19:07

Bien le bonjour M.  le Troll! Comment je fais? Vaste question! La réponse la plus courte: lectrice compulsive. Si je n'ai pas un bouquin dans ma poche ou mon sac, je fais un malaise. Et je lis dès que j'ai deux minutes quelque soit le lieu! Cqfd. Bon, il faut faire gaffe aux poteaux, mais à force de bosses, je commence à les éviter! :-p

Caroline 26/04/2007 09:51

Merci pour ces découvertes, les deux ont l'air intéressants, mais le roman japonais me tente davantage.

Chiffonnette 26/04/2007 19:33

Je te le conseille. Il m'a laissée u peu songeuse et perplexe, mais il m'a donné envie de me pencher sur l'oeuvre de cet auteur. Ce qui est le principal! Quand à Jonathan Lethem, malgré les indéniables qualités de son oeure, je vais faire l'impasse sur le reste de son oeuvre!