Lucioles volent

Publié le par Chiffonnette

C'est le deuxième roman d'Aki Shimazaki que je lis. J'y ai retrouvé cette écriture "tranquille" et limpide qui m'avait déjà marquée. En fait, je m'y suis très mal prise puisqu'il s'agit du cinquième volet d'une série qui traite du secret. Une jeune fille, Tsubaki apprend de sa grand-mère mourante un lourd secret de famille.

On suit tout au long des 137 pages l'évolution de Tsubaki. Ses interrogations, amoureuses notamment, vont trouver leur solution dans ce que va lui révéler l'aïeule. Ce que j'ai trouvé particulièrement appréciable, c'est qu'il n'est pas question de "ma vision de la vie a changé". Pas de grands bouleversements familiaux, de révélations collectives fracassantes. On ne sait pas ce que Tsubaki va faire, sauf sur un point précis. Beaucoup de tendresse et de respect dans le regard de cette jeune fille sur sa famille. Et toujours cette manière toute en finesse de parler de la société japonaise, de ses us et coutumes, sans en avoir l'air, d'aborder des moments d'histoire (dans ce cas, la bombe A). En fait, sous son apparente simplicité, l'histoire entremêle l'Histoire, et l'histoire de ces hommes et de ces femmes, tissant des liens qu'on devine, liens complexes de souffrance, de remord et d'attachement amoureux ou filial.

C'est aussi un roman sur l'amour et la naiveté, sur les illusions déçues de femmes qui ont cru ceux qui ont fait d'elles des femmes de mauvaise vie au regard de la société, avec en regard, la beauté qui irradie d'un couple en apparence parfait, et d'autant plus beau que le mensonge n'est pas parvenu à le détruire. Le symbole des lucioles qui s'envolent, très fort, est une promesse pour ce couple.

C'est un auteur que j'apprécie de plus en plus. Je vais poursuivre avec curiosité et plaisir la lecture de ce cycle. En commençant par le début!

Hotaru, Aki Shimazaki,Leméca/Actes Sud, 2004, 137 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gambadou 17/05/2007 21:51

Je viens de finir un livre écrit par une latino-japonaise et qui porte sur un secret de famille.... je note l'auteur.

Chiffonnette 18/05/2007 10:31

Je pense que tu ne seras pas déçue par Aki Shimazaki. Amusant parce qu'elle est sino- canadienne! Je vais filer voir de qui est la latino-japonaise! Ca m'intrigue!... Et je reviens! Dans le cas de Shimazaki, pas de sentimentalisme, ou en tout cas je en l'ai pas senti. Une écriture toute en finesse et des sentiments plus aperçus que décrits. J'aime beaucoup. Et je vais tenter Mme Stahl!

Tamara 16/05/2007 17:58

J'ai un autre livre de cet auteur (ou plutôt 2 tomes très fins, mais je ne me souviens pas des titres !) dans ma PAL mais pas encore lu !

Chiffonnette 16/05/2007 18:45

Saute dessus! C'est court, facile à lire et absolument passionnant! Pas moyen de mettre la main dessus à la bibliothèque! Je vais filer les acheter!

Youpala 16/05/2007 17:46

Ahhhh ben ca fait plaisir de te lire: Bisous ma puce.^^

Chiffonnette 16/05/2007 18:44

Et moi je suis contente de te voir dans le coin! J'ai été faire un tour de par chez toi d'ailleurs!

yueyin 15/05/2007 22:26

J'ai noté tsubaki dans ma liste, ton billet me donne encore plus envie de le découvrir... dans l'ordre éventuellement :-)

Chiffonnette 16/05/2007 08:51

Je crois que dans l'ordre ça vaut mieux! J'ai sauté sur le premier disponible à la bibliothèque. Et franchement, je ne suis pas loin du coup de coeur. On verra aux tomes suivants!