Sous la pluie

Publié le par Chiffonnette

Avec ce recueil de nouvelles, Yoshiyuki Junnosuke offre à ses lecteurs deux variations sur le désir amoureux et sexuel. L'averse et La ville aux couleurs fondamentales prennent toutes deux place au coeur des quartiers rouges, au sein des bordels. Là, des hommes lâches et calculateurs, amoureux et insatisfaits, des femmes perdues, en fuite, et parfois calculatrices affrontent la sensualité des corps, le rejet, la souffrance et l'incertitude dans une quête d'amour qui ne peut aboutir.

Le tableau du monde de la prostitution japonais dans les années 1950 est assez clinique, l'écriture détachée. Le tout est assez fascinant. Je ne peux pas dire pourtant que j'ai beaucoup apprécié ces récits parfois difficiles à suivre, avec une fin qui n'en est pas une (et je pèse mes mots) et qui distillent un sentiment de malaise. La perplexité règne...

Yoshiyuki Junnosuke, L'averse, Ed. Philippe Picquier, 1995, 122 p.

Commenter cet article

ekwerkwe 01/07/2007 03:19

Ah! le malaise! C'est une constante en littérature japonaise, il me semble...
Rien à voir, mais c'est amusant, la correspondance entre les illustrations de couv' de tes deux derniers bouquins!

Chiffonnette 01/07/2007 12:27

°° Une correspondance??? Fichtre, je ne m'en étais même pas rendue compte!! Pour la constante par contre... Je ne pourrais dire! Je n'ai pas assez lu de littérature japonaise encore ;-)