Baisers de sang

Publié le par Chiffonnette




Le vampire… Grand, maigre, pâle, ténébreux,  beau et vénéneux qu’il soit homme ou femme. Le monde de la nuit et toutes ses transgressions est incarné dans ces créatures sulfureuses, dangereuses que sont les vampires.

Pourquoi ? Comment ? Alain Pozzuoli commence par l’expliquer dans la passionnante introduction de son anthologie avant de faire entrer le lecteur dans le vif du sujet à travers des textes classiques comme contemporains. Rien de moins que Joseph Sheridan Le Fanu, Eric Von Stenbock, Boris Vian, Francis Lalanne, Jean-Paul Bourre, Gudule, Jeanne Faivre d’Arcier, Robert de Laroche, Serena Gentilhomme, Lawrence Schimel, Tony Mark, Amelia G., Raven Kaldera, Jean-François Patricola, Didier Rouge-Héron, Gautier Map, Sire Cedric, Bernard Jurth, Roland Fuentes et Daniel Walther.

 

Reprenons. Parler de vampirisme serait donc parler d’érotisme, de sexualité, ne serait-ce que parce que le vampire séduit avant de tuer, ou de transformer et exerce une fascination étrange sur ses proies, entre attirance et répulsion.

 

Selon Alain Pozzuoli, le premier texte de vampire à connotation érotique et sexuelle est La morte amoureuse de Théophile Gautier où une belle vampire tente de séduire un jeune novice à la veille de prononcer ses vœux. Suit le Carmilla de Joseph Sheridan Le Fanu (1871) où les plaisirs inspirés à l’héroïne Laura par Carmilla sont évoqués ainsi que L’histoire vraie d’un vampire d’Eric von Stenbock, variation masculine de Carmilla. Vient enfin le Dracula de Bram Stoker.

Mais le passage à un érotisme ouvert et assumé devra attendre les années 1950 et la libération sexuelle. A ce titre, Drencula, extraits du journal de David Benson offert aux foules par Boris Vian est significatif : un avoué en visite dans le château de son client se fait vampiriser par une étrange créature hermaphrodite qui l’envoie au septième ciel (ou huitième cercle de l’enfer si l’on préfère) avant de le dévorer.

Depuis lors, littérature et cinéma se sont emparés du thème du vampire, donnant le pire, comme le meilleur. 

Que l’on adhère ou pas, c’est ce qu’il estime être le meilleur qu’offre Alain Pozzuoli à ses lecteurs. Je n’ai pas été déçue du voyage. Découvrir des extraits des textes classiques m’a donné envie de lire les versions intégrales. Quand aux nouvelles ultérieures, elles mettent en scène les situations les plus diverses. Comment devient-t-on vampire ? Comment survit un vampire ? 20 auteurs, 20 réponses.

On croise aux détours des pages des hermaphrodites, des vampires vengeurs, des écrivains vampirisés par leur inspiration, des prostitués, des vieilles femmes malveillantes, d’anciens espions soviétiques, Théophile Gautier et bien d’autres. On frémit, on sourit, on grimace, mais il est difficile de rester indifférent devant la force souvent sulfureuse et la violence de certains textes, le plus souvent prétexte à dénoncer un monde dans lequel la violence, la transgression individuelle sont les seules réponses possibles à la médiocrité et à la violence des sociétés.

 

Parmi mes textes préférés dans cette anthologie

-Drencula par Boris Vian : ou comment un avoué découvre les plaisirs des sens avec une drôle de créature. La naïveté du héros et la plume explicite de Boris Vian en font un monument !

- Parlez-moi d’amour par Gudule : à vampire, vampire et demi. C’est ce que découvre une jeune femme en pleine dépression amoureuse quand elle se réfugie dans la maison d’hôtes d’une adorable et étrange vieille dame. Pas de sang mais un vampirisme intellectuel et mental dont le résultat surprenant donne un texte tout en nuances et en douceur.

- Champagne, brute ! par Robert de Laroche : car les vampires ont autant besoin d’amitié que de sang.

- Dans le tombeau de la comtesse Dolingen de Gratz par Tony Mark : pour la variation sur l’histoire de Jonathan et Mina, les personnages de Bram Stoker.

- Le beau Gregorio par Didier Rouge-Héron : parce que les vampires sévissent aussi dans de petits villages reculés et ne comptent pas leurs victimes. Un texte où la tension s’insinue progressivement et où le vampire ne fait finalement qu’utiliser une propension humaine à la bassesse et à la violence amplifiée par la petite taille du microcosme humain qu’est un village isolé.

- Désir par Amélia G. : juste parce que c’est beau les ailes.

- Muse par Sire Cédric : pour son questionnement sur l’inspiration, la passion amoureuse et sexuelle et la transgression.

 

Bien sûr, les vampires ne sont pas qu’érotisme. L’article de Jacques Finné dans Fantastique, fantasy, science-fiction, Mondes imaginaires, étranges réalités est à cet égard extrêmement instructif. Il présente le vampire comme la poursuite de deux modes littéraires (le vilain gothique et le ténébreux romantique) et la fusion des trois thèmes les plus riches de la littérature mondiale : le Hollandais volant ou une vie éternelle qui apporte lassitude et détresse, le Don Juan dont l’anthologie qui est le thème principal de cet article donne quelques exemples, et Faust ou la soif de connaissances et le désir de prolonger la jeunesse.  

En tout cas, me voilà avec l'envie de plonger plus avant dans l'univers vampirique!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La liseuse 30/05/2008 17:20

Qu'entends-je ? vampire, vous avez dis vampire...Et en plus sous forme de recueils ? Mais c'est tout à fait dans mes cordes. Il me semble l'avoir déjà noté. Je le renote, sait-on jamais !

Chiffonnette 03/06/2008 20:48


Mieux vaut deux fois qu'une!! ;-D


lael 27/05/2008 16:33

je connais le thème du vampire uniquement par les ecrit d'anne rice, ce qui est bien mince, j'avais envie de creuser un peu et jai lu fascination, la saga vampirique qui n'épargne personne!! mais ce livre que tu nous presente me parait etre un bon condensé de savoirs et de textes autour de ce thème; ca me plait! et je le note

Chiffonnette 28/05/2008 21:23


J'adore Anne Rice, Fascination, mais de fait le monde vampirique est bien plus vaste! Et l'avantage des anthologies est qu'elles permettent de découvrir des plumes vraiment très différentes! J'ai
beaucoup apprécié cet aspect là! ;-)


Clarabel 23/05/2008 13:06

"les vampires ne sont pas qu'érotisme" ... ah bon ? :)Je note cet ouvrage, fort intriguant !

Chiffonnette 23/05/2008 18:37


C'est ce que dit le monsieur en tout cas! ;-)


SBM 23/05/2008 10:20

Francis Lalanne ? Pourquoi Francis Lalanne ? Pour effrayer les vampires ?Moi mon dernier grand choc avec des vampires (littéraires, malheureusement...) c'était avec Riverdream de George Martin (celui du Trône de Fer) : très très original et bien mené. Il y a eu, un degré au-dessous mais bien aussi, le bel Edward, mais celui-là, toutes les blogueuses le connaissent...

Chiffonnette 23/05/2008 18:37


Pas de panique, pas de panique!! Ce n'est pas le même!! Je ne l'ai pas lu celui-ci de Martin, mais j'en ai entendu parler! IL a l'air bien!! Et puis Edward est vraiment, vraiment, vraiment sexy!!


Emmyne 23/05/2008 09:38

Et bien moi aussi je note avidemment, grande lectrice mordue par la thématique vampirique que je suis devenue. Celui-ci manque terriblement à ma culture !

Chiffonnette 23/05/2008 18:33


Comme tu y vas!!! En tout cas, cette anthologie vaut le détour!!