Diamonds are women's best friends

Publié le par Chiffonnette

 

Ce que je croyais être un roman est en fait une nouvelle. Une centaine de page pour un personnage haut en couleur, la magnifique et inénarrable Holly Golightly. Pour qui n’aurait pas vu ce petit chef-d’œuvre de Blake Edwards avec Audrey Hepburn, je résume l’intrigue :

Le narrateur, au tout début de sa carrière d’auteur aménage dans un immeuble où loge également une cover-girl, Holly Golightly. Belle, mystérieuse, fantasque, la jeune femme va l’entraîner dans une amitié pleine de heurts et de surprises et lui faire découvrir un univers qu’il ne soupçonnait pas.

 

 

J’ai retrouvé dans la nouvelle toute l’ambiance du film, et bien sûr, plus encore. Car Holly Golightly, la jolie fille fantaisiste, frivole et capricieuse acquiert sous la plume de Truman Capote une épaisseur nouvelle. On sent les failles, la fragilité, la souffrance. Ce cirage qui prend quelque fois au ventre et l’oblige à aller chercher le réconfort dans l’univers stable et serein de Tiffany. Ce cirage qu’elle accepte parce qu’elle veut plus que tout vivre intensément, fuir devant la banalité et la routine. Holly est à la fois amorale et pure. Elle dit, admet ce qu’elle ne peut supporter, ne peut faire, ne trompe jamais, préférant la fuite aux compromissions qui seraient pourtant monnaie courante avec son métier. Preuve en est qu’elle essaie toujours d’aimer ceux qui l’entretiennent. Mais son amour de la solitude, de la liberté est toujours le plus fort, la poussant à disparaître quand des liens se créent.

En même temps, l’humour, l’ironie sont bien présents dans la description de la société new-yorkaise.

Une trop courte description d’une personnalité attachante et déstabilisante.

 

S’ajoute à Petit déjeuner chez Tiffany trois autres nouvelles bien plus courtes et tout aussi percutantes

-         La maison de fleurs, ou l’histoire d’une prostitué qui tombe amoureuse d’un paysan et qui l’épouse. Un récit plein de couleurs et d’odeurs d’épice où le vaudou et les esprits ne sont pas les derniers à se mêler à la partie. Une belle histoire d’amour qui montre à quelles extrémités peut se retrouver une femme amoureuse.

-         La guitare de diamant : M. Shaeffer purge une peine de prison à vie dans un camp de bûcherons. Il s’accommode de sa situation jusqu’à l’arrivée du jeune Tico Feo. Rapidement, celui-ci le pousse à l’évasion. Une histoire ambiguë d’amour et d’amitié masculine dans un cadre inhabituel. Une fin amère et en demi-teinte.

-         Un souvenir de Noël : un jeune garçon se souvient des Noëls passés avec la vieille femme chargée de son entretien. Deux exclus, deux solitudes unies dans une vie pleine de chaleur et de tendresse. Ma préférée des trois sans aucun doute pour ce qu’elle révèle de la froideur de l’hiver et de chaleur humaine.

 

 

 

 Truman Capote, Petit déjeuner chez Tiffany, Folio, 1996, 188 p.

Commenter cet article

nath 15/08/2008 20:21

Il faut que j'achète ce roman... Après avoir lu "La traversée de l'été"... A bientôt !

Chiffonnette 19/08/2008 11:11


Tu ne devrais pas être déçue je pense! C'est vraiment excellent!


La Nymphette 11/05/2008 23:29

Je viens de finir "La traversée de l'été" et pense enchainer sur celui-ci!

Chiffonnette 13/05/2008 08:52


Il était bien celui-ci?


yueyin 08/05/2008 23:04

j'ai toujours eu envie de lire Truman Capote, sans jamais me jeter à l'eau, il serait peut être temps :-)

Chiffonnette 09/05/2008 08:57


On finit toujours par sauter le pas!! Chacun à son rythme! Et puis si on ne le saute pas, quelle importance!?


erzébeth 07/05/2008 13:09

Mais qu'est-ce que c'est que tous ces gens qui regardent les films avant d'avoir lu les romans ?! :-))(d'ailleurs, si je peux me permettre : ton lien renvoie à d'autres films d'Audrey Hepburn)J'avais beaucoup aimé, les deux, même si la nouvelle a pour moi une plus grande aura. Holly est un personnage complexe, et tellement touchant...Ca me fait plaisir que tu aimes ! :-)

Chiffonnette 07/05/2008 22:16



Oups! J'ai eu la flemme de vérifier que c'était le bon lien! Autant pour moi!!
C'est vrai que la nouvelle est bien plus profonde que le film. C'est souvent le cas en matière d'adaptation!! Mais j'avoue... J'aime autant les deux!! Surtout que mon côté mindinette est toujours
titillé par les films américains de cette période! Ils savaient faire des comédies romantiques!



praline 06/05/2008 17:17

Je lirai le livre, c'est sûr ! Et puis je re-re-re-reverais le film... J'adore Audrey Hepburn. Voilà, c'est dit !

Chiffonnette 07/05/2008 22:14


Je suis littéralement fond of Audrey Hepburn!! Elle est tellement lumineuse qu'elle m'enchante dès qu'elle apparaît!