Le potentiel érotique de ma femme

Publié le par Chiffonnette

 

Il y a une chose à laquelle on ne peut échapper quand on est une théière... L'une d'entre nous est atteinte par une chouchouite aigüe... Je sais que vous savez que je sais que vous savez de quoi et qui je parle.. Et oui! Forcément, à force d'en entendre parler, j'ai fini par céder et piquer à Caro (line] son exemplaire dédicacé... J'ai ainsi baladé une semaine durant Le potentiel érotique de ma femme soigneusement emballé!

704-medium.jpg
Hector est atteint de collectionnite aigue, une pathologie qui tout en lui pourrissant joyeusement la vie, la lui rend aussi plus agréable ! Des timbres aux étiquettes à fromage en passant par les badges et les piques apéritifs, son existence est une longue suite d’accumulations d’objets. Jusqu'au drame qui le pousse à se soigner… Jusqu’à la femme qui le convainc qu’il est guérit. Sauf que la collectionnite ne s’avoue pas vaincue. Voilà notre Hector qui commence à collectionner sa femme.

 
Le moins qu’on puisse dire c’est que David Foenkinos a le sens de l’humour et de la formule. De petites phrases en références, il les laisse transparaître pour le plus grand bonheur du lecteur avec une verve sans faille. Sauf que ce qui m’a fait rire pendant le premier tiers du livre m’a simplement fait sourire pendant le deuxième tiers avant de me lasser sur la fin. C’est un peu trop pour moi ! David Foenkinos accentue les traits les plus ridicules ou pitoyables de ses (anti)héros pour nous livrer un tableau assez décapant des travers et des ridicules humains mais la caricature est parfois trop poussée et les situations trop absurdes pour que je me sois sentie prise dans la narration. J’ai trouvé le tout un peu longuet et la chute sans grand intérêt.
J’ai cependant apprécié ces personnages farfelus et profondément humains dans leurs travers, leurs hésitations, leurs faiblesses et leur manière d’aimer. Et les petites leçons de philosophie qui mine de rien, se baladent dans les pages.

Merci à
Caro[line] de me l'avoir prêté! Et vous pouvez lire son avis ici!

Ainsi que les avis d'
Emeraude, de Laurence, d'Anne-Sophie, Valdebaz.
 
 

Commenter cet article

canthilde 20/12/2007 12:29

C'est surtout mon ordinateur qui est malade. :-( Mais il semblerait que j'aie réussi à neutraliser la sale bête, à défaut de l'éliminer...Je me souviens d'une nouvelle comme ça où une femme gardait tous les petits objets liés à son amant, même les préservatifs usagés (Marie Desplechin ?).

canthilde 19/12/2007 19:43

Je voulais dire : "comment on fait pour collectionner sa femme ?". C'est mon virus qui me trouble, je crois !

Chiffonnette 20/12/2007 11:31

Malade? Moi c'est la fatigue qui me fait cet effet généralement! On collectionne les moments de vie, les petits gestes! Et on passe pour un dingue! C'est quand même un concept bizarre, je te l'accorde!

canthilde 19/12/2007 13:11

Comment on fait pour cloner sa femme ? On la clone ?? Sinon, je comprends pour l'emballage du livre, surtout si tu passes beaucoup de temps dans les transports. ;-)

Florinette 19/12/2007 10:36

À force d'en entendre parler, j'ai décidé de lire cet auteur l'année prochaine !! ;-))

Chiffonnette 19/12/2007 10:42

Ahhhh, Florinette, toi aussi tu cèdes! ;-) Caro[line] va être contente!

Emeraude 19/12/2007 09:55

je dis tout comme amanda ! C'est vrai que l'humour peut devenir lassant, moi j'avais bien aimé mais je comprends facilement ta réaction!Et finalement, Thom avait raison : il est devenu impossible d'avoir un article sur DF qui ne mentionne pas Caro[line] !!! ;-)

Chiffonnette 19/12/2007 10:42

C'est notre grand manitou foenkinesque!